Destinations

Désert, plaine, glacier, oasis : Kashgar

publié le 30 avril 2021, vendredi

 

En voyant le film Les Cerfs-volants de Kaboul,nous sommes attirés par son histoire émouvante, mais aussi par les magnifiques scènes des enfants qui courent dans les ruelles encombrées, les maisons en pisé, les montagnes enneigées, les bazars colorés et les édifices en brique rouge. C’est en lisant les crédits à la fin que nous apprenons avec surprise, que le film a été tourné en Chine, à Kashgar, et non en Afghanistan.



 

La ville oasis de Kashgar se trouve dans la Région du Xinjiang, à l’ouest du désert du Takla-Makan, surnommé la « Mer de la mort » et au pied du mont Tian Shan, une chaîne de glaciers imposants. Pour plus de 2 000 ans, Kashgar a été un point d’importance stratégique des Empires du Milieu, tels que Han et Tang, dans les échanges commerciaux avec le Moyen-Orient, l’Asie centrale, les pays méditerranéens et l’Europe et ce qui le rend l’une des plus anciennes villes du monde. Avec cette édition d’infolettre, nous vous invitons à faire connaissance de Kashgar avec ses divers sites attrayants et sa riche culture.  


 

La vieille ville de Kashgar


 

Le cœur et l’esprit de Kashgar, là où vous pourriez vous perdre facilement dans les ruelles qui serpentent entre des vieilles maisons en brique, car le tout est une surcharge d’images pour les yeux. Vous jetteriez un coup d’œil à travers les portes par curiosité et vous rencontreriez des habitants locaux accueillants qui vous saluent avec une langue étrangère, l’atmosphère vous donne la sensation d’être un marchand d’une caravane qui arrête en cours de route à Kashgar pour reposer avant de continuer vers le désert aride. L’architecture est largement influencée par la culture perse arabe et mongole, les maisons sont carrées et à toit plat. Dans la cour intérieure, les gens plantent des arbres fruitiers, des raisins, et des fleurs. En passant devant les maisons, prêtez attention aux habitants qui mangent, qui chantent et qui boivent du thé dans leur cour.



 

Le Grand Bazar du dimanche


 

Le Grand Bazar de Kashgar a été, pendant des siècles, le point le plus important d’échange commercial de l’Asie centrale. Attendez-vous à être submergé par les vives couleurs, des odeurs exotiques et des bêlements de moutons. On y retrouve des marchands de thé, d’épices, de soie, de doppa (chapeaux traditionnels), du tapis, de moutons et plein d’autres. Vous pourriez profiter de l’occasion pour acheter divers souvenirs. C’est aussi l’un des rares marchés où les gens pratiquent encore du troc. Les gens des régions voisines arrivent avec une variété de moyens de transport, camionnette, charrette de bœuf ou d’âne avec leur marchandise pour échanger.  


 

Mosquée Id Kah


 

La plus grande mosquée de la Chine d’aujourd’hui, construite en 1442. On y retrouve une chapelle, une salle de soutra, une tour de porte gardée par deux minarets de 18 mètres, et quelques autres bâtiments auxiliaires. Dès l’aube de chaque jour, l’imam de la mosquée monte sur la tour et appelle les habitants à venir prier. Les non-musulmans peuvent entrer pour visiter, sauf durant les heures de prière et assurez-vous de vous habiller adéquatement. 


 

Maison de thé centenaire


 

Une place de rassemblement des habitants locaux qui prennent une pause durant la journée. Les gens boivent du thé local, jouent de l’instrument de musique traditionnel et dansent en suivant la mélodie. Un escalier en bois vous emmène au deuxième étage, dans une salle aux murs de tapisseries. Assoyez-vous confortablement et dégustez une tasse de thé chaud, tout en contemplant les piétons errant dans la rue, idéal pour un après-midi paisible et sans souci. L’habitude est d’en mettre quelques morceaux de sucre de roche jaune dans votre tasse. Le meilleur accompagnement est sans doute le naan de Kashgar, un pain plat cuit dans un four en pierre. Le début du film Les Cerfs-volants de Kaboul, où Amir et Hassan observent les cerfs-volants, a été filmé devant cette célèbre maison de thé. Dans le contexte, les cerfs-volants représentent l’idée de fuir la réalité, mais ici à Kashgar, vous ne sentirez que de la sérénité.  



 

Mausolée d’Abakh Khoja


 

Un mausolée de la famille d’Abakh Khoja, qui était un chef islamique du XVIIe siècle de la région de Kashgar. Sa petite fille, Iparhan qui était connue par le peuple étant la concubine Xiangfei (concubine de parfum) de l’empereur Qianlong (1711 – 1799), est enterrée dans le mausolée. La légende dit qu’elle a été offerte par sa famille à l’empereur Qianlong pour but d’enfoncer la relation avec ce dernier, qui était attiré par sa beauté et sa fragrance dès le premier coup d’œil. À son arrivée à la Cité interdite, Kashgar lui manquait tellement qu’elle devenait inconsolable, alors que l’empereur ordonna à la construction d’une mosquée, une miniature oasis, un palais au style islamique et un bazar dans le jardin, le tout pour plaire à Xiangfei. À sa mort, elle a été ramenée dans sa maison de Kashgar pour être enterrée dans le mausolée de sa famille. Jusqu’à aujourd’hui, la légende de Xiangfei est encore très présente dans les séries télévisées chinoises.

 

Les alentours de Kashgar en ont encore plus à vous offrir, tels que la Forêt dorée de peuplier, des prairies peuplées par les Kazakhs, le désert Takla-Makan, le Mont Tian Shan et ses lacs. Une destination à visiter et à revisiter, comme disait dans le film : « Pour toi, un millier de fois! »

 

Souscrivez-vous à nos infolettres pour en connaître les dernières nouvelles du monde de voyage!



Cliquer pour lire plus d"articles