Destinations

5 soupes à déguster lors d’un voyage en Asie

publié le 8 octobre 2020, jeudi

 

Il est fréquent, dans nos jours, d’être attiré par une culture étrangère et de bien vouloir la rendre hommage. La meilleure façon d’honorer une culture est bien sûr à travers un voyage. « Mais on ne peut voyager présentement! » dites-vous. Nous sommes confiants que la possibilité de voyager à nouveau ne sera pas loin de nous. Durant ce temps, Circuit Oriental vous invite à faire connaissance des soupes de nos destinations avec cette édition d’infolettre. Nos assiettes et nos papilles gustatives peuvent être vecteurs d’appréciation culturelle.


Les soupes et les potages ont été considérés depuis longtemps comme un plat de réconfort, que ce soit pour les froides journées d’hiver ou bien pour un souper rapide lorsqu’on est fatigué. En Asie, un bol de soupe occupe une place importante dans la vie quotidienne et peut être consommé pendant tout moment de la journée et à toutes les occasions.
 

Voici quelques soupes à ne pas manquer lors de vos voyages en Asie :



 

Soupe Tom Yam  - Thaïlande





Le tom yam est une soupe aigre et piquante d’origine thaïlandaise. La soupe est fragrante et nutritive, c’est la raison pour laquelle vous la retrouverez dans presque tous les restaurants en Thaïlande.


La saveur piquant du chili et l’acidité de la citronnelle forment un duo parfaitement balancé, puis on ajoute du galanga qui donnera à la soupe, un goût boisé.


Le galanga est une plante à rhizomes, qui ressemble au gingembre et qui est beaucoup utilisée dans la cuisine sud-est asiatique, comme épice. Connu pour ses incroyables propriétés anti-inflammatoires, le galanga est souvent employé pour traiter des problèmes respiratoires et pour favoriser la digestion dans la médicine traditionnelle.


La citronnelle est une plante herbacée tropicale, cultivée pour ses tiges et ses feuilles aromatiques. Les thaïlandais utilisent le tige pour donner un goût citronné aux soupes et aux salades. Des feuilles de lime et de la coriandre sont ajoutées pour la fraîcheur des herbes. La source de protéine provient de crevettes géantes ou bien du poulet, selon votre commande. Pour ceux qui préfèrent une soupe crémeuse, on rajoute du lait de coco ou du lait évaporé. Pour terminer, il ne faut pas oublier la sauce poisson qui est l’ingrédient omniprésent de la cuisine sud-est asiatique.    


  
 

Soupe miso – Japon





En japonais, se dit misoshiru, qui signifie le bouillon de soja fermenté, la soupe miso est un base alimentaire des trois repas japonais. Le terme miso désigne la pâte fermentée, d’une couleur beige à brun, et fabriqué à partir des graines de soja, du riz, du sel de mer et d’un ferment appelé koji. Au Japon, une dizaine de variétés de miso existent, ils sont différenciés par leur degré de fermentation, leur ingrédients et leur textures. Souvent, chaque région a sa propre spécialité. Le miso est riche de minéraux essentiels, d’une bonne source de multiples vitamines B, E et K, et d’acide folique. Comme il s’agit d’un aliment fermenté, il fournit les bactéries bénéfiques au système digestif dont il a besoin. Le bouillon dans lequel la pâte de miso est dissous, s’appelle dashi. La préparation de dashi peut être aussi simple de faire bouillir l’eau avec le konbu (algue séché) et du katsuobushi (copeaux de bonite). Avec le dashi, les japonais ont découvert le concept de umani, qui signifie savoureux. La préparation de la soupe miso varie beaucoup selon le style du chef. Traditionnellement, on fait mijoter des légumes, tels que des champignons, du radis blanc, des morceaux de pommes de terre, etc. Puis le miso est dissous dans le bouillon à l’aide d’une passoire fine. Pour terminer, des morceaux de tofu et des oignons verts sont ajoutés dans la soupe. C’est un excellent accompagnement du riz blanc, un bol de soupe miso et un bol de riz peuvent constituer un simple déjeuner japonais.


Au Japon, vous aurez l’occasion de goûter au soupe-repas miso ramen (nouilles au miso), garnie de porc rôti, des fèves germées, un œuf bouilli et des feuillets d’algues croquantes.



 

Soupe Phở - Vietnam





Connue sous le nom de soupe tonkinoise, la soupe Phở est le plat national du Vietnam et la plus préférée des Québécois. Une journée vietnamienne doit commencer par un bol de Phở et ce dernier peut être consommé à tout moment.


La base de Phở est sans doute le bouillon, dont chaque restaurant a ses propres recettes secrètes. En principe, le bouillon est fait à partir des morceaux d’os à moelle du bœuf, de la sauce poisson et des carcasses de poulet, cuits pendant des heures. On ajoute de l’anis étoilé, des oignons grillés, des bâtonnets de cannelles, du gingembre, de la cardamome et des clous de girofle. Des nouilles de riz sont préparées d’avance, avec le jarret de bœuf, par-dessus on ajoute le bouillon brûlant. Pour obtenir une saveur fraîche, des fèves germés, du basilic, des oignions verts et de la coriandre sont ajoutés. Selon votre préférence, vous pouvez aussi commander votre Phở avec des boulettes de bœuf, du poulet bouilli ou grillé, des tripes de bœuf, des morceaux de tendons de bœuf, des crevettes, etc. On sait bien que le tout doit terminer par un ‘squeeze’ de jus de lime.


Le riche bouillon légèrement acide, mélangé d’arôme des épices et accompagné des tendres nouilles et des fèves de soja croquantes, c’est un vrai délice pour notre bouche.


Du Sud au Nord, vous essayerez de différentes variations de Phở, une expérience culinaire inoubliable!



 

Soupe curry laksa – Singapour et Malaisie





La soupe laksa est d’origine de la Malaisie, de l’Indonésie et de Singapour. C’est une soupe riche et épicées, à base de curry et du lait de coco, garnie de crevettes, des bâtons de poissons, et des légumes.

 

L’appellation de laksa provient de la langue de Houkkien et signifie littéralement ‘du sable épicé’ qui désigne la texture sableuse de la pâte de curry. Ce plat est un mélange d’influence chinoise et indienne, les habitants locaux l’ont localisé avec l’ajout du lait de coco, qui donne une saveur tropicale.


Plusieurs types de laksa existent, nous retrouvons notamment le curry laksa, le asam laksa et la combinaison de ces deux.


La première étape est donc de fabriquer la pâte de laksa, à partir du chili, de la pâte de curry, des crevettes séchés et des épices parfumées. Le bouillon est fait avec cette pâte et du lait de coco, une fois bouilli, on ajoute des crevettes géantes, des boulettes de poissons, des fèves germés, des échalotes frits et des morceaux de tofu frits, etc. Avant de prendre votre première bouchée, il ne faut pas oublier la sauce chili
sambal
, une sauce épicée et aigre indonésienne et du jus de lime.



 

Kimchi-jjigae – Corée du Sud





Le mot jjigae en coréen signifie ragoût, lorsqu’on parle de kimchi-jjigae, on désigne la soupe ragoût au chou chinois pimenté et fermenté. Cette soupe est parfaite pour un jour glacial d’hiver coréen ou québécois.


Pour la préparation, il faut, comme son nom l’indique, du kimchi. Bien sûr, chaque famille a sa propre recette, mais on peut aussi en acheter dans les marchés ou les épiceries. La méthode la plus authentique de manger du kimchi-jjigae est dans un bol en pierre noire, qui garde la soupe chaude pendant toute la durée d’un repas. Le bouillon est fait, normalement en ajoutant de l’eau après avoir fait sauté la viande de son choix et du kimchi. Après une dizaine de minute, on ajoute des morceaux de tofu, des fèves germées, des nouilles transparentes, et des oignons verts pour garniture. Lorsque la soupe est encore bouillonnante dans le bol, on met un œuf pour la rendre plus riche. 


En raison de la fermentation du kimchi, cette soupe a une quantité importante de probiotiques qui favorise la digestion.


En Corée, si vous vouliez faire impressionner les locaux, essayer de mettre un peu de riz dans votre soupe, c’est la façon la plus authentique d’en manger.


Au Québec, on peut retrouver plusieurs restaurants qui offrent une bonne soupe asiatique, que ce soit thaïlandaise, japonaise, vietnamienne, malaisienne ou coréenne et plein d’autres. Si l’on ne peut pas voyager dans ces pays pour le moment, pourquoi ne pas soutenir nos commerçants locaux?



 

Restez branchés et souscrivez-vous à notre infolettre pour recevoir les dernières tendances de voyages!






Cliquer pour lire plus d"articles