Recherche nos bloques

Abonnement
* Prénom et nom

* Courriel


* Confirmez courriel

Soumettre
Merci de votre abonnement

Délicieusement puants : 5 aliments asiatiques à essayez avec le nez pincé


 

Lorsqu’on a le nez bouché en raison d’une allergie ou d’un rhume, les mets qu’on mange goûtent dramatiquement moins savoureux, ce qui n’est pas toujours plaisant. En effet, c’est notre odorat en premier lieu qui nous permet d’apprécier et de distinguer la saveur de la nourriture. Cette propriété de notre système s’avère une épée double tranchante. Certains aliments dégagent une odeur tenace et parfois même suffocant, mais cela leur n’empêche pas d’avoir un goût relevé et agréable.
 

L’expérience et la découverte des aliments locaux devraient occuper une place importante dans un voyage en Asie. Nous sommes tous à la recherche d’un dépaysement total et il est normal qu’on n’arrive pas à apprécier, mais l’essence du dépaysement se trouve dans l’expérience et le vécu. Chez Voyages Circuit Oriental, les voyageurs ont toujours gardé un bon mémoire de leur aventures gastronomiques. Aujourd’hui, avec cette édition d’infolettre, nous vous invitons à faire connaissance de 5 aliments à essayer lors de votre prochain voyage (si possible avec le nez pincé…)



 

Natto – Japon




Fait à partir de grains de soja fermentés, le natto est un aliment traditionnel japonais souvent consommé lors du déjeuner, en accompagnant du riz. Comme étant fermenté, le natto dégage une odeur assez ammoniaquée pour repousser les non-japonais à apprécier.

Pour la fabrication, les graines de soja sont cuites à la vapeur et ensuite laissées fermenter avec une bactérie Bacillus subtilis natto. Il s’agit en effet de cette bactérie qui rend le natto une excellente source de vitamine K2. Les protéines du soja partiellement décomposées en peptides et acides aminés s’ajoutent comme un bonus à la valeur nutritive du natto. 

 

Au supermarché ou bien au dépanneur japonais, on peut trouver du natto vendu en boîte avec des condiments pour optimiser le goût. Après l’avoir fouetté avec la pointe de nos baguettes pendant une minute, le natto prend une texture gluante et mousseuse, on ajoute des oignions verts, de la moutarde karashi jaune et du sauce de soja. La dernière étape est sans doute de verser votre natto sur un bol de riz encore chaud et vaporeux.

 


 

Petai – Indonésie et Malaisie




Couramment appelées par les habitants de l’Indonésie et de la Malaisie comme étant des pois puants, les graines sont issues de l’arbre qui s’appelle petai. Cet arbre donne des gousses longues et plates, dans lesquelles on retrouve des graines vertes. Malgré son apparence innocente, ces graines vertes dégagent une odeur fortement suffocante, qu’on dirait du gaz naturel.

 

Comme le natto, cet aliment est riche est nutriments, tels que des protéines végétales, lipides, glucides et divers minéraux. Les scientistes ont aussi trouvé une concentration élevée en vitamine B1, mais comme les asperges, ces haricots puants donnent une odeur pas très plaisante à la bouche et aussi le reste du corps.
 

Les haricots de petai constituent un ingrédient culinaire populaire et beaucoup utilisé en Indonésie, Malaisie et dans d’autres pays du Sud-Est de l’Asie, même dans certaines régions de l’Inde. Dans les hautes terres de Java et de Sumatra indonésiennes, les habitants locaux cuisinent ces haricots puants avec du piment comme un component de salades ou comme légumes sautés. En Malaisie, les petais sont des excellents accompagnements pour des fruits de mer.
 

Dans la médecine traditionnelle sud-est asiatique, l’extrait de ces haricots possède des effets guérissants et il est souvent utilisé pour traiter le diabète, l’hypertension et des problèmes rénaux.



 

Tofu puant – Chine




Comme son nom l’indique, le tofu puant est un aliment à base de soja fermenté, dégageant une odeur semblable au munster. Les tofus puants se vendent dans les étales aux marchés de nuit partout en Asie, des vraies stars d’aliments de rue asiatiques!

 

Les morceaux de tofu puant sont frits à l’huile en brochette, on ajoute par-dessus une sauce aigre-piquante et de la coriandre. L’intérieur est parfumé et juteux, mais l’extérieur est croustillant et plein de saveur. Ce snack populaire incarne parfaitement la notion chinoise de « mauvais sent merveilleux goût ».
 

Parmi les marchés nocturnes, ceux de Taiwan offrent une meilleure sélection, servant les tofus puants en brochette, en soupe, en bol, fourrés de toute sorte de condiments. À ne pas manquer pour votre prochain voyage!

 


 

Durian – Thaïlande




Connu en Asie comme le roi des fruits, le durian peut peser jusqu’à 5 kg avec sa grande carapace épineuse. À cause de sa puissante odeur, plusieurs pays du Sud-Est de l’Asie, comme Singapour, la Malaisie et la Thaïlande interdisent la consommation du durian dans les lieux publics.

 

Souvent, son odeur est associée avec celle des égouts, mais sa chair intérieure donne une sensation délicate et sucrée à la bouche. En Thaïlande, les habitants locaux confectionnent plusieurs mets et desserts avec le durian. Lors de votre prochain voyage, ramenez des bonbons de durian pour les faire déguster à vos amis et familles, ce sera un bon moment rigolo.

 


 

Prahok – Cambodge



Dans la cuisine cambodgienne, le prahok est considéré comme un condiment salé indispensable, connu comme étant le « fromage du Cambodge ». En raison des longs mois de chaleur extrême, la conservation du poisson pose un défi à surmonter et c’est ainsi qu’est né le prahok, une pâte à base de poisson fermenté. Dans les grandes jarres en argile, on laisse fermenter la chair du poisson écrasée qui est séchée au soleil par la suite, pendant vingt jours. Dépendamment de la qualité, la date d’expiration du prahok va de quelques semaines jusqu’à trois ans!


La fermentation amplifie l’odeur de poisson, ce qui rend le prahok inapprochable pour les voyageurs. Une expression cambodgienne dit « pas de prahok, pas de sel », ce qui reflète son importance dans la cuisine quotidienne. On peut le servir comme un plat principal avec du riz, comme trempette pour des légumes, ou bien comme component de salade ou de mets sautés.


Grâce à l’aisance de sa conservation, le prahok enrobé dans des feuilles de banane est souvent distribué aux victimes d’inondations. Pourquoi ne pas essayer cet ingrédient magique lors de votre prochaine visite au Cambodge?



 

L’Asie est un paradis culinaire diversifié, aromatique et sain. Contactez-nous dès maintenant pour discuter sur votre destination de rêve!



 

Restez branché en vous abonner à notre infolettre!





Cliquer pour lire plus d"articles


Produit apparentée