Recherche nos bloques

Abonnement
* Prénom et nom

* Courriel


* Confirmez courriel

Soumettre
Merci de votre abonnement

La perle bleue du désert et des steppes : devinez où


 

Le terme ‘Route de la soie’ agit comme la magie pour les voyageurs et voyageuses experts comme vous. Ce mot nous remonte jusqu’au 2e siècle av. J.-C. et nous emporte sur le dos de chameaux, de Xi’an à l’Occident lointain. Nous pensons à Dunhuang et ses grottes holistiques, à Turpan et ses raisins désaltérants, au désert Gobi et ses dunes songeuses, et aux peuples longtemps référés comme les « Nomades de l’Ouest ». Nos connaissances générales rendent difficile d’associer la Route de la soie avec une ville plurimillénaire, fondée au 7e siècle avant l’ère, une ville parsemée de mosquées, de médersa et de monuments décorés de faïences étincelantes d’un bleu éblouissant. Avec ce numéro d’infolettre, nous vous invitons à deviner la toute nouvelle destination de Voyages Circuit Oriental!
 


 


Un peu d’histoire…


Située dans une oasis d’une vallée, elle fut un trésor chassé par certains des noms les plus connus du monde entier. En 329 av. J.-C., Alexandre le Grand la conquit et lui donna le nom de Marcanda. Quelques siècles plus tard, vinrent les Sassanides, mais furent ensuite vaincus par l’empire nomade des Svetahûnas. En 557, le pouvoir passa aux mains des Turcs jusqu’à ce que la ville devînt un protectorat chinois de la dynastie Tang. Depuis cela, la ville fut l’une des plus importants carrefours commerciaux, en raison de sa situation géographique stratégique, à la croisée des routes entre la Chine, l’Inde, la Perse et l’empire Byzantin. 

Vers 710, la cité subit plusieurs conquêtes musulmanes et ce qui rendit l’Islam la religion dominante. La période de prospérité fut achevée par l’arrivée des Mongols sous Gengis Khan. À la suite d’une révolte contre le contrôle mongol, la ville fut officiellement appointée comme la capitale de l’Empire timouride par le fameux Tamerlan, aussi connu sous le nom de « Timor le Boiteux ». Sous son règne, la cité connut un essor artistique réfecté principalement sur les grandioses monuments tous d’une géométrie parfaite qu’on dirait inhumaine. Le Tzar russe eut aussi son œil sur cette magnifique ville et le régime soviétique était la dernière occupation avant son indépendance en 1991. 




Place de Régistan



Majestueusement dressée au cœur de la ville, Régistan signifie en persan « place sablonneuse » et vous présente avec fierté trois médersa considérées comme les perles précieuses de l’Islam. Tout d’abord, nous visitons la médersa d’Ulugh Beg, construite par Ulugh Beg, le petit-fils de Tamerlan. Ce dernier s’investissait dans l’enseignement de l’astronomie dans la médersa. Continuons vers la médersa Cher-Dor, célèbre pour les exquises mosaïques, composées de briques vernissées et glaçurées. Elle accueille les visiteurs du monde avec son portail du lion. Continuons pour la médersa Tilla-Qari, livrant les plus délicats motifs de kundal islamique, qui sont des reliefs dorés ornés sur le fond bleu. 


 

Mausolée Gour-Emir



Pas très loin, nous découvrons le Gour-Emir, le mausolée du conquérant Tamerlan. On y retrouve aussi les dépouilles de ses fils et d’Oulough Beg, son petit-fils. Son architecture occupe une place importante dans l’histoire, considérée comme le modèle du tombeau de Humayun à Delhi, Taj Mahal à Agra et aussi la source d’inspiration essentielle pour la mosquée de Saint-Pétersbourg. À sa complétion, le Gour-Emir est un bâtiment octaédrique surmonté d’une dôme imposante couverte de briques vernissées d’un bleu vif représentant le deuil. À l’intérieur, vous sentirez une balance entre la grandiose et le minimalisme architectural.  



 

Observatoire d'Ulugh Bek


Ulugh Bek, aussi appelé « prince-astronome » ordonna la construction de l’Observatoire au début du 15e siècle. Il passa des années à travailler et à enseigner la doctrine. Avec quelques dizaines de mathématiciens et astronomes renommés de l’époque, ils publièrent les Tables sultaniennes qui indiquaient les positions de plus de mille étoiles, dont la précision resta intégrale pendant plus de deux siècles. Construit sur une colline à 21 mètres d’altitude, l’Observatoire possède un bâtiment cylindrique de 33 mètres de haut avec un diamètre de 46 mètres. Au milieu, se trouve le sextant à partir duquel Ulugh Bek observait les corps célestes. 



Savez-vous déjà quelle est le nom de cette ville légendaire? Consultez notre site web pour obtenir la réponse : https://www.circuitoriental.com/Route-de-la-soie-ouzbekistan-18



Souscrivez-vous à nos infolettres pour en connaître les dernières nouvelles du monde de voyage!





Cliquer pour lire plus d"articles



Produit apparentée